LE GUIDE COMPLET POUR REUSSIR LE GMAT – UTILE DE PRENDRE DES COURS DE GMAT ?

Avoir 700 au GMAT boostera clairement votre candidature. Pour atteindre 700, certains travailleront seuls, d’autres prendront des cours de GMAT. Quoi qu’il en soit vous devrez travailler dur et étudier intelligemment.

Que doivent vous apporter des cours de GMAT ? Comment devez-vous travailler pour avoir au moins 700 au GMAT ? Bien que je puisse écrire un livre entier sur ce sujet, je pense que cet article sera d’une grande aide pour les candidats ayant des objectifs GMAT ambitieux.

Commençons par parler de certaines raisons pour lesquelles un score GMAT de plus de 700 est souhaitable.

Les admissions dans les écoles de commerce sont compétitives et un score GMAT de plus de 700 fournit un excellent coup de pouce

Les programmes MBA voient une augmentation spectaculaire des scores GMAT moyens de leurs candidats. Par exemple, le score GMAT moyen de la classe de Wharton en 2017 a augmenté de quatre points à 732, le plus élevé jamais atteint. Cette année, un 732 représente un 96e percentile de score GMAT – en d’autres termes, seulement 4% de tous les test-takers de GMAT dans le monde obtiennent au moins un 732.

De plus, les candidatures aux écoles de commerce sont à des niveaux records. En raison de ce nombre accru de candidats, les comités d’admission sont plus sélectifs. Donc votre score au GMAT est d’autant plus un facteur de plus en plus important.

Bien que ce ne soit pas le seul facteur dans votre candidature, votre score au GMAT peut être décisif pendant le processus de candidature. À l’inverse, un mauvais score peut être éliminatoire. Je vous propose de vous guider afin de ne pas vous retrouver dans la situation du candidat qui a une super candidature, un super profil, un super projet professionnel et qui n’arrive pourtant pas à avoir un score décent au GMAT. Je vais vous montrer comment faire de votre mieux.

Avoir 700+ au GMAT ne sera pas facile mais cela en vaudra la peine

Il est peu probable que vous obteniez un 700 au GMAT après seulement une semaine de travail, alors soyez prêt à travailler dur durant les mois à venir. Faites savoir à votre entourage que vous êtes en train de préparer quelque chose d’important et que leur aide et soutien seront les bienvenus après les longues nuits à travailler les questions de data sufficiency. Si vous commencez à être découragé par les centaines voire milliers d’exercices à faire, rappelez-vous ce vers quoi vous travaillez. Si vous prenez des cours de GMAT, le travail à fournir ne sera pas moindre. Vous pourriez même avoir des cours de TOEFL en plus. Sans oublier la rédaction des essays pour votre application. Bref, énormément de travail vous attend. Un super score au GMAT vous ouvrira les portes des meilleures écoles de commerce et vous fera oublier tout ce temps passé à travailler comme un dingue. Croyez-moi, le jeu en vaut la chandelle, c’est super gratifiant de voir un 700+ au GMAT s’afficher sur l’écran le jour du test !

Le score de 700+ au GMAT doit être votre seul et unique objectif

Vous devez avoir un plan avant d’entamer votre préparation au GMAT. Surtout ne commencez pas sans un véritable plan d’étude et une réelle stratégie de progression. Certaines personnes viennent nous voir en nous disant : « je me suis préparé très sérieusement, j’ai travaillé des dizaines d’heures, fait plein de tests blancs, et pourtant je n’arrive pas à atteindre le score ». Et lorsqu’on leur demande quel plan ont-ils mis en place, évidemment ils n’en avaient aucun. Obtenir un 700 au GMAT n’est pas un plan. C’est un état d’esprit. Prendre des cours de GMAT peut vous aider à avoir un véritable plan stratégique d’amélioration et donc de score. Pas l’inverse. D’abord le plan de progression basé sur vos forces et faiblesses et ensuite le score. Des cours de GMAT vous permettront de non seulement vous fournir la stratégie de préparation GMAT mais vous permettront aussi de vous coacher sur les priorités. Vous n’avez pas les mêmes priorités d’apprentissage et de profondeur de maitrise des concepts testés au GMAT si vous visez un 740 ou si vous visez un 650.

Une fois que vous savez quel est votre objectif de score GMAT, il faut maintenant évaluer et déterminer vos capacités actuelles sur le GMAT.

Déterminez votre score GMAT de base, mais ne vous précipitez pas sur son interprétation

Afin d’élaborer un plan d’étude stratégique, vous devez déterminer vos capacités actuelles. La meilleure façon de déterminer votre niveau actuel au GMAT est de passer un test blanc officiel GMAT. Ceux qui passent un véritable test blanc officiel fourni gratuitement par le GMAC disposent d’un indicateur de base précis de leurs capacités. Vous pourrez ainsi fournir les résultats de ce test à vos enseignants si vous prenez des cours de GMAT. Vous pouvez également commander un rapport de score amélioré auprès du GMAC, la société qui administre le GMAT. Le rapport de score amélioré vous donnera un aperçu de vos performances dans chaque section – en particulier, vous aurez des commentaires sur vos points les plus faibles. Si vous n’avez pas de score GMAT officiel, il est important de passer un test d’entraînement officiel gratuit sur www.mba.com.

Bien que votre score au test blanc fournisse une indication de base de votre niveau, vous devez interpréter ces résultats avec soin. Par exemple, si vous avez mal répondu à une question vitesse-temps-distance, cela signifie-t-il que vous avez du mal avec les questions vitesse-temps-distance en général ? Probablement pas. De même, si vous avez correctement répondu à une question de probabilité, cela signifie-t-il automatiquement que vous êtes bien équipé pour répondre à toutes les questions de probabilité que vous rencontrerez ? Probablement pas. En d’autres termes, utilisez le score du test pratique comme une estimation approximative de vos capacités, puis passez du temps à analyser de plus près vos compétences et vos capacités.

Soyez réaliste quant à la durée de la préparation et surtout si vous ne prenez pas de cours de GMAT

Tout d’abord le GMAT est clairement plus adapté aux candidats qui sont correctement préparés, c’est-à-dire ceux qui ont réellement développé les compétences nécessaires soient seuls ou bien en prenant des cours de GMAT. La première clé pour être bien préparé est d’établir un plan d’étude réaliste et stratégique sur plusieurs mois. En utilisant des données provenant de plus de 4 200 personnes qui ont suivi le GMAT en 2019, le GMAC a rapporté que les étudiants ayant obtenu un score de 700 ou plus ont étudié pendant en moyenne 121 heures. À mon avis, 121 heures c’est totalement hors de portée de la très grande majorité de ceux qui se préparent au GMAT et encore pire pour ceux qui ne prennent pas de cours de GMAT pour se faire accompagner et intégrer les concepts de façon plus rapide. Je dirais qu’en général, 300 à 400 heures de préparation GMAT sont nécessaires pour que la plupart des étudiants atteignent un score de 700+. Un travail acharné, intelligent et stratégique est la norme, pas l’exception !

L’importance du matériel pédagogique et des cours de GMAT

Plus que jamais, les candidats qui se préparent au GMAT disposent d’une variété de ressources de préparation aux tests. Cependant, toutes ces ressources ne sont pas fiables. Elles sont même parfois dangereuses puisqu’elles sont tellement éloignées de ce sur quoi vous allez être testé. Le matériel pédagogique que vous utilisez pendant votre préparation GMAT peut être un véritable asset ou bien une liability ! Le contenu compte ! Faites vos recherches et un due diligence sur les cours et le matériel de préparation que vous envisagez d’utiliser si vous avez décidé de vous préparer seul.

La plupart des organismes de préparation proposent un cours de GMAT gratuit. Choisissez ceux qui vous proposent un véritable cours de GMAT et pas quelques minutes pour vous impressionnez avec des questions difficiles de niveau 750 pour vous vendre leurs cours et vous faire croire que vous êtes nul ! Ces cours vous permettent d’évaluer votre niveau mais ils vous permettent aussi d’évaluer le sérieux de l’organisme à qui vous allez donner une petite fortune parfois. Votre objectif est de trouver un organisme qui vous présente un contenu clair, pratique et exploitable, d’une manière qui vous semble logique, ainsi que des compétences, des stratégies et des techniques pour passer l’examen.

Si vous avez besoin de cours de GMAT prenez un cours gratuit et évaluez la maîtrise du sujet par votre enseignant. Evaluer sa maitrise du sujet veut dire votre confiance en lui pour vous aidez à progresser vite et avec assurance. Est-ce que cet enseignant va être capable de vous proposer différentes façons de résolution des questions afin de matcher avec votre profil littéraire par exemple et que vous n’avez pas touché aux maths depuis une décennie au moins ??  Est-ce qu’en prenant des cours de GMAT avec cet organisme vous allez développer un mode de pensée critique pointue tant apprécié par le GMAT ? Vous devez aussi vous assurer que cet organisme vous permette de développer un raisonnement analytique et des compétences de prise de décision que vous soyez de formation ingénieur ou littéraire. C’est à l’organisme d’adapter ses cours de GMAT en fonction de votre profil, pas le contraire. Cette approche est payante lorsqu’l s’agit du GMAT.  

Une fois que vous avez mis la main sur le matériel pédagogique adéquat et de qualité, l’étape suivante consiste à créer un plan stratégique d’attaque.

Créer un plan d’action

Pour franchir la barrière des au GMAT vous devrez comprendre le contenu des concepts testés (vous devez avoir des connaissances conceptuelles), être en mesure d’appliquer vos connaissances et vos compétences pour mettre en pratique des problèmes (avoir des connaissances procédurales) et être à l’aise dans les conditions du jour du test (avoir des connaissances opérationnelles). Cela signifie que vous avez trois objectifs : (1) connaître et comprendre tout le matériel testé; (2) appliquer vos connaissances à des questions pratiques réalistes de GMAT; et (3) soyez cool, calme et confiant le jour du test, parce que vous vous êtes très bien préparé, que vous pouvez appliquer ce que vous avez appris et que vous avez passé suffisamment de tests blancs. Ainsi, un bon plan stratégique consiste à diviser votre préparation GMAT en trois phases principales avec un certain chevauchement entre chaque phase.

Pour mettre en place un plan de préparation GMAT stratégique permettant la construction systématique de connaissances conceptuelles, procédurales et opérationnelles, divisez par trois le nombre de mois que vous prévoyez d’étudier pour le GMAT. Pendant le premier tiers de vos mois d’étude, passez 75% de votre temps à développer des connaissances conceptuelles et 25% à développer des connaissances procédurales. Pendant le deuxième tiers, passez 75% de votre temps à développer davantage de connaissances procédurales et 25% à développer des connaissances opérationnelles. Pendant le dernier tiers, consacrez 50% de votre temps à développer des connaissances opérationnelles et 50% à développer des connaissances conceptuelles et procédurales.

Une fois que vous avez planifié un programme de préparation stratégique, l’étape suivante consiste à dégager du temps dans votre agenda déjà bien chargé.

Votre objectif est un score GMAT équilibré entre le Quant et le Verbal

De nombreux candidats sont plus préoccupés par la section quant que par la section Verbal du GMAT et passent donc la plupart de leur temps à étudier les mathématiques. Bien qu’avoir un score mathématique compétitif soit absolument nécessaire pour un candidat prometteur (rappelez-vous que la plupart des meilleures écoles sont résolument quantitatives), il est essentiel d’obtenir un score GMAT équilibré. En d’autres termes, il est important que vos scores en mathématiques et en percentiles verbaux soient raisonnablement proches les uns des autres. Un score de 80% en quant et seulement de 65% en verbal n’aurait pas le même effet sur votre candidature. Ainsi, ne négligez pas votre préparation du verbal.

Une façon d’intégrer la préparation du quant et du verbal est est de faire chaque jour le même temps de travail pour les mathématiques et pour le verbal. Vous constaterez que vous progresserez mieux en divisant votre préparation GMAT en une alternance de parties mathématiques et verbales. Cela fera partie des premiers conseils importants si vous prenez des cours de GMAT.

Certains candidats pourraient trouver qu’une répartition 50/50 du temps et du sujet aide, mais d’autres peuvent voir qu’après avoir passé le même temps sur les questions quantitatives et verbales, ils ont encore du mal avec les mathématiques et les questions verbales. Si tel est le cas, essayez une répartition 60/40 en faveur des mathématiques ou, si nécessaire, une répartition encore plus élevée. De plus, si votre score verbal (ou quant) est déjà élevé, vous pouvez ajuster le ratio d’étude pour mieux répondre à vos besoins.

En général, une bonne règle d’or est de s’efforcer d’être au-dessus du 80e centile en quant et au-dessus du 90e centile en verbal – cette stratégie est parfois appelée la « règle des 80/90 ». En général, avoir des scores supérieurs au 80e centile en mathématiques et au-dessus du 90e centile sur le verbal fera de vous un candidat compétitif en ce qui concerne votre score GMAT.

Les cours de GMAT vous permettront de mieux maitriser le contenu avant de mieux maitriser la résolution des questions et une meilleure gestion du temps

Trop de candidats font l’erreur de résoudre des tonnes de questions pratiques sans prendre d’abord le temps de comprendre les compétences fondamentales testées. Au lieu de perdre votre temps à résoudre des questions sans comprendre les compétences de base nécessaires, prenez le temps nécessaire pour maîtriser les fondamentaux. Autrement dit, vous devez d’abord développer vos connaissances conceptuelles. Une fois que vous avez développé vos connaissances conceptuelles, il est logique de mettre ces nouvelles connaissances en pratique en résolvant de nombreux exemples de questions GMAT réalistes.

La pratique, la pratique et rien que la pratique n’augmentera pas nécessairement votre score lors de votre préparation GMAT. En fait, lorsque vous pratiquez avec un manque de compréhension de ce que vous pratiquez, ou pire, lorsque vous pratiquez incorrectement, vous pouvez en fait baisser votre score et donc ne pas acquérir les compétences de raisonnement critique et logique demandées par le GMAT. Le golf nous présente une grande analogie. Imaginez frapper des balles de golf sur le practice tout l’été sans entraîneur et sans que personne ne vous aide à comprendre comment réparer votre swing et votre technique. Serez-vous un meilleur golfeur à la fin de l’été ? Probablement pas. Vous aurez probablement ancré vos erreurs dans votre swing. Cependant, si vous prenez des cours de GMAT ou si vous comprenez comment balancer un club de golf et que vous mettez cette compréhension en action à chaque swing, vous pouvez vous améliorer considérablement. Une bonne pratique augmentera mécaniquement votre score. Nos étudiants ayant besoin de rattraper des bases ou se les approprier de nouveau se voient proposer des Booster Camps GMAT. A quoi bon entamer une préparation GMAT si l’on ne sait pas ou sait plus la formule de calcul de l’aire d’un triangle ??

Ne passez pas de tests blancs tant que vous n’avez pas encore maitrisé le contenu et les fondamentaux et fait des exercices encore et encore

Trop de candidats font l’erreur de passer plusieurs tests blancs avant d’avoir correctement maitrisé les fondamentaux. Si vous prenez des cours de GMAT, vous devez absolument vous assurer que votre enseignant finisse de diagnostiquer votre niveau de compétence et de maitrise des fondamentaux avant de vous proposer de passer des tests blancs. Si vous faites l’erreur de sauter cette étape, tous les tests blancs qui vous ferez vous diront ce que vous savez déjà : vous n’avez pas maîtrisé le contenu – par exemple, vous êtes faible en fonctions ou lent en géométrie, mais c’est uniquement parce que vous n’avez pas étudié ces zones suffisamment. Au lieu de passer votre temps précieux à passer des tests blancs et d’espérer qu’un score plus élevé apparaîtra comme par magie à l’écran, travaillez dur pour maîtriser les concepts essentiels derrière les questions GMAT. Une fois que vous avez maîtrisé les principes fondamentaux, vous pouvez commencer à passer des tests pratiques.

Laissez suffisamment de temps avant de passer le GMAT pour des tests blancs

Vous savez maintenant que c’est une erreur de passer directement aux tests blancs avant d’avoir consacré du temps à la préparation. Certains candidats font l’erreur inverse – ils étudient le contenu et résolvent des questions pratiques jusqu’à ce qu’ils passent le GMAT mais ne passent pas un nombre suffisant de tests blancs. La plupart de ces candidats pensent que passer des tests blancs est chronophage et n’ont pas le temps. Certains candidats qui viennent nous voir pour prendre des cours de GMAT avouent ne jamais avoir passé plus d’un seul test blanc pendant leur préparation. Ils n’ont pas le temps, ils ne finissent pas le test blanc parce qu’ils sont fatigués ou sautent souvent la partie IR… Ne laissez pas cela vous arriver. Soyez dans le game ou laissez tomber votre projet de préparation ou bien prenez des cours de GMAT avec un organisme sérieux afin de vous faire coacher.

Dans un monde idéal, vous maitriseriez les fondamentaux et vous entraîneriez à résoudre les problèmes un mois avant de passer votre GMAT. Au cours du dernier mois, vous feriez deux ou trois tests pratiques chaque semaine (c’est ce que font les étudiants qui prennent des cours de GMAT chez nous). Après chaque test, passez quelques heures à analyser ce que vous avez répondu correctement et incorrectement. Gardez un journal des types de questions sur lesquels vous vous trompez. Ensuite, revenez en arrière et étudiez plus en détail ces concepts spécifiques. Gardez également un journal de vos temps de réponses, de ce que vous avez ressenti sur tel ou tel type de question et du nombre de questions auxquelles vous avez mal répondu par manque d’attention. À ce stade de votre préparation, votre objectif est de peaufiner vos compétences en matière de test, car vous vous mettez en forme pour le game.

Lorsque vous étudiez, concentrez-vous sur la qualité et utilisez la règle de l’étudiant qui joue au prof

N’oubliez pas que votre objectif est de bien maitriser les fondamentaux. Ne faites pas l’erreur de vous frayer un chemin à travers un chapitre juste pour dire que vous le « lisez ». Lire ne veux pas dire maitriser. Malheureusement, l’auto-tromperie fonctionne souvent trop bien. Soyez honnête avec vous-même. Lisez méthodiquement. Et si vous ne parvenez pas à le faire alors il est peut-être temps de penser à prendre des cours de GMAT. Faites-vous aider si vous le pouvez.

Il en va de même pour les exercices. Je vois trop de candidats qui résolvent des questions encore et encore juste pour se dire qu’ils ont travaillé et qu’ils se sont préparés. Ils résolvent des dizaines et des dizaines de problèmes pour se rendre compte qu’ils ont peu appris qu’ils ne savent finalement pas comment et quand appliqué ne serait-ce que le peu de choses qu’ils ont intégrées. La seule chose qu’ils auront accompli c’est de bruler un ensemble déjà limité de problèmes pratiques et d’exercices utiles. Ne faites pas cette erreur. Au lieu de cela, lorsque vous résolvez des problèmes, extrayez-en le plus de jus possible. Dix tentatives réfléchies de dix problèmes de pratique dans lesquels vous apprendrez à surmonter vos erreurs vous aideront bien plus que de répondre à cinquante questions à la hâte sur le même sujet ou concept.

En d’autres termes, concentrez-vous sur la qualité de votre préparation, pas sur la quantité. Si vous vous trompez sur une question, arrêtez-vous et analysez pourquoi vous avez choisi la mauvaise réponse. Alors vous ne ferez pas la même erreur avec de futures questions sur le même sujet.

Les candidats ont souvent du mal à évaluer leur niveau de connaissances. Voici une règle empirique simple et efficace que nous appliquons à GET ADMITTED : si vous ne pouvez pas vous asseoir avec un stylo et une feuille de papier vierge et enseigner un concept à votre propre prof alors vous devez continuer à étudier jusqu’à ce que vous puissiez le faire. Que vous preniez des cours de GMAT ou pas, faites cet exercice. Lorsque vous étudiez un nouveau sujet, utilisez cette règle pour vous aider à déterminer si vous avez suffisamment appris ce sujet.

Construire une base solide de maitrise des fondamentaux avant de travailler sur un matériel pédagogique plus compliqué

Trop souvent, les candidats passent un temps excessif à travailler sur le matériel le plus difficile qu’ils peuvent trouver, comme les probabilités et les combinaisons et permutations avancées. Cette approche de la préparation GMAT se fait au détriment d’autres matériaux cruciaux et plus fondamentaux. N’adoptez pas cette stratégie inversée. Au lieu de cela, prenez le temps nécessaire pour construire une base solide. Apprenez et maitrisez d’abord les fondamentaux. Ensuite, une fois que vous avez une base solide, consacrez le temps qu’il vous reste à travailler sur les concepts difficiles. Lorsque vous prenez des cours de GMAT assurez-vous que votre prof ne vous fasse travailler sur les permutations ou combinaisons par exemple qu’à la fin de vos heures de cours de GMAT.

Rappelez-vous le mécanisme de notation au GMAT. Si vous ne répondez pas à des questions faciles sur le GMAT, votre score diminuera plus que l’augmentation que vous réaliserez en répondant correctement aux questions difficiles. En d’autres termes, cela nuit à votre score si vous répondez mal aux questions faciles. Ne laissez pas cela vous arriver. Assurez-vous de choisir les fruits à portée de main avant de mettre la barre haut.

L’avantage supplémentaire de maîtriser les principes fondamentaux est qu’une fois que vous êtes prêt à attaquer le matériel pédagogique le plus difficile, vous serez plus efficace car vous aurez une base solide. Au lieu de vous précipiter sur les concepts difficiles, assurez-vous d’abord de maîtriser les bases.

Le piano et le GMAT : même combat. Concentrez-vous sur l’élimination de vos faiblesses

Si vous avez déjà joué du piano, vous aurez constaté qu’il existe un certain nombre de similitudes entre la façon dont on maîtrise la musique et la façon dont on maîtrise le GMAT. Par exemple, certains des pires pianistes continuent de jouer les parties d’une chanson qu’ils connaissent bien et évitent les parties avec lesquelles ils ont du mal. Pourquoi ? Je ne suis pas tout à fait sûr, mais la raison est probablement liée au fait de vouloir la gratification instantanée qui accompagne une victoire facile et de ne pas vouloir l’inconfort que le travail acharné et la lutte peuvent induire. Cependant, les meilleurs pianistes savent que le moyen de s’améliorer dans le fait de jouer une chanson difficile est de passer la plupart de leur temps sur les parties difficiles du morceau.

Donc, quand il s’agit de votre préparation GMAT, votre objectif devrait être de déterminer vos points faibles. Rectifier les erreurs dans ces domaines vous offre la plus grande opportunité de progression et d’amélioration du score. Une fois que vous avez déterminé ces faiblesses, soyez un pianiste du GMAT et attaquez ces faiblesses. Vous serez étonné de voir à quel point vous vous améliorerez plus rapidement.

Bien sûr, consacrez aussi du temps à travailler vos forces. Si vous êtes une personne qui avez une excellente mémoire pendant une longue période alors vous pourrez passer moins d’heures de préparation sur vos points forts. Mais si vos compétences se détériorent rapidement, vous devrez vous engager dans des révisions fréquentes et bien espacées.

En parlant de mémoire, il est toujours important de revoir fréquemment les concepts que vous avez déjà appris.

Retravaillez encore et encore les concepts déjà appris. Notre cerveau n’aime pas le GMAT et a tendance à vite l’oublier même lorsque vous prenez des cours de GMAT

Les connaissances et les compétences sont périssables. Autrement dit, une fois que vous avez appris quelque chose, vous ne pouvez pas vous attendre à ce que cette connaissance dure éternellement, à moins que vous ne la nourrissiez.

Assez souvent, je vois des candidats qui viennent nous voir et nous disent avoir travailler dur pour maîtriser certains concepts du GMAT et qui, en fait, deviennent vraiment bons dans ces domaines. Ensuite, ils avancent joyeusement et maîtrisent de nouveaux concepts. À un moment donné, ils se rendent compte qu’ils ont oublié le concept antérieur. Ne laissez pas cela vous arriver. Lors de votre préparation GMAT prévoyez de réviser et souvent revenir sur ce que vous avez déjà appris. Si vous avez tendance à avoir une bonne mémoire, vous pouvez peut-être vous en sortir avec une heure de révision dédiée toutes les trois heures de préparation. Cependant, si votre mémoire n’est pas si bonne, alors peut-être devriez-vous envisager de faire une heure de révision dédiée toutes les deux heures de préparation.

Apprenez les règles

En ce qui concerne les questions de Sentence Correction, assurez-vous d’apprendre les règles grammaticales importantes et de savoir clairement ce que peuvent être les violations de ces règles. N’utilisez pas votre « oreille » pour résoudre les problèmes et surtout pour nous français qui ne sommes pas toujours bilingues. De nombreux problèmes visent à utiliser votre oreille contre vous. Apprendre à éliminer ce qui semble être faux peut souvent être le moyen de découvrir ce qui doit être correct.

En ce qui concerne les questions de Critical Reasoning ne choisissez pas de réponses qui semblent correctes. Les réponses qui semblent audacieuses et énergiques, et donc attrayantes, sont souvent des exagérations qui vous poussent à faire des inférences plus modestes qui semblent faibles mais qui sont en fait plus précises. Au lieu de cela, maîtrisez les principes fondamentaux de la logique exigée par CR. Il n’y a quasiment pas de matériel pédagogique fiable pour s’entrainer dur des questions de critical reasoning. Seul le matériel du GMAC est pertinent. Apprenez ces règles par cœur et entrainez vous ou prenez des cours de GMAT pour travailler les concepts plus difficiles testés au GMAT sur cette partie là.

En ce qui concerne les questions de Reading Comprehension, certains commenceront par la première phrase et enchaineront en lisant la dernière sans réorganiser le texte dans leur esprit. Ils passeront souvent plus de temps à répondre aux questions avec un taux de précision plus faible que s’ils avaient passé plus de temps à organiser et à analyser le texte et les idées de l’auteur avant d’attaquer les questions. Apprenez quelques principes de base de lecture critique pour compléter votre formation en logique dans l’approche de la section RC du GMAT. Et si vous prenez des cours de GMAT, et que votre prof ne vous le propose pas, insistez sur la fourniture d’articles « GMAT compatible » pour vous entrainer.

Mettez vos nouvelles compétences en correction de peine en action

Nous vivons dans un monde numérique et, par conséquent, nous écrivons constamment : emails, textes, PV de réunions, présentations Powerpoint, etc. Il n’est probablement pas exagéré de dire que vous n’utilisez aucun outil aussi souvent au quotidien que vous le faites à savoir votre langue. Cependant, nous français ne sommes pas toujours dans un milieu professionnel où l’anglais est la langue officielle de travail. Pour ceux pour qui c’est le cas, alors je vus conseille de faire la chose suivante : Lorsque vous apprenez de nouvelles règles de grammaire au cours d’une session de préparation du lundi soir par exemple, assurez-vous de les intégrer dans votre écriture du mardi au travail. Arrêtez de rédiger des emails et des textes bâclés et non grammaticaux ; utilisez vos nouvelles compétences. Chaque fois que vous le pouvez, utilisez une grammaire appropriée dans votre discours quotidien. Nous proposons à nos étudiants qui n’évoluent pas dans un milieu anglophone au quotidien d’écrire une mini nouvelle de leur journée en utilisant les nouvelles règles apprises lors de leurs cours de GMAT. Si vous pratiquez constamment vos nouvelles compétences, vous verrez qu’ils peuvent rapidement devenir une seconde nature pour vous.

Soyez le Sherlock Holmes de la découverte des failles en Sentence Correction

Sherlock Holmes a dit un jour : « Une fois que vous avez éliminé l’impossible, tout ce qui reste, même improbable, doit être la vérité. »

Une telle réflexion est essentielle en Sentence Correction, car la bonne réponse à une question peut en fait vous sembler incorrecte. Ainsi, lorsque vous approchez des questions de Sentence Correction, votre travail n’est pas toujours de rechercher la bonne réponse. Au lieu de cela, votre travail consistera souvent à éliminer quatre réponses incorrectes. Si vous pouvez accomplir cela correctement, la réponse restante devra être correcte. De plus, ne cherchez pas les erreurs les plus difficiles et les plus subtiles commises. Recherchez plutôt les erreurs les plus évidentes et les plus claires qui se produisent dans les phrases incorrectes. Souvent, éliminer les mauvaises réponses basées sur des problèmes simples et faciles à résoudre tels que l’utilisation des pronoms ou l’accord sujet-verbe vous évitera d’avoir à faire face à des problèmes plus difficiles.

Votre préparation au GMAT doit d’abord se concentrer sur l’obtention de bonnes réponses et donc la compréhension des fondamentaux avant de maitriser le temps de réponse

Le temps de réponse par question est l’une des principales sources de difficulté du GMAT. Il est assez courant que les candidats s’inquiètent des contraintes de temps, et le temps et le rythme doivent être pris en compte lors de la préparation du test. Cependant, la façon dont un candidat se prépare à ces contraintes de temps peut faire ou défaire un score final GMAT.

Trop souvent, les candidats s’entraînent comme s’il y avait une stratégie magique qui augmentera leur vitesse de réponse. En fait, la meilleure façon d’aller plus vite est de s’améliorer! Ne perdez pas votre temps à chercher une solution rapide – elle n’existe pas. Au lieu de cela, investissez votre temps dans l’apprentissage approfondi du matériel. Les enseignants qui dispensent des cours de GMAT chez nous font d’abord en sorte que vous maitrisiez les les concepts avant tout et apprennent à leurs étudiants comment les techniques peuvent devenir une seconde nature. Assurez-vous que vous connaissez par cœur tous les faits, chiffres et formules importants. Passez beaucoup de temps à pratiquer ces concepts, stratégies et techniques. Vous constaterez qu’à mesure que vous serez plus à l’aise avec un concept, vous deviendrez plus rapide.

« Je connais les concepts mais j’ai un réel problème avec la gestion du temps »

Laissez un commentaire

0758175173
Appeler nous!